• Le troc d’un mulet contre…

    Nos ancêtres nous étonneront toujours !

     

    Il va sans dire que nos ancêtres, très loin du citadin moderne, ignoraient le lèche-vitrines, le shopping et les virées au supermarché. Vivant le plus possible en autarcie, accaparés par les tâches multiples, les campagnards ne portaient même pas de monnaie sur eux au quotidien. Les espèces, concurrencées par le paiement en nature, étaient réservées à certaines redevances, aux dépenses exceptionnelles ou récurrentes. L’argent circulait peu.

    Les menues dépenses, telles celles de cabaret, étaient parfois mises « à l’ardoise » et totalisées périodiquement. Les dettes et les recettes apparaissaient toutefois dans le décompte des successions… ou des ventes judiciaires. Le troc était courant.

    Quoi qu’il en soit, en ce mois d’octobre 1776, Nicolas BASTIDE, maître chaudronnier de Cambrai, se rend à la « maison, cloître et église de Sainte Claire », rue du Marché aux Poissons probablement pour livrer quelque ustensile ou des marchandises.

    Le troc d’un mulet contre…

    Plan de Cambrai - Atlas VAN LOON, 1649

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/26/Cambrai_-_Cameracvm_vulgo_Cambray_-_Kamerijk_%28Atlas_van_Loon%29.jpg

    Cliquer une ou deux fois dans les images pour les agrandir. 

    Le troc d’un mulet contre…

    Détail

    Les « religieuses et pauvres clarisses », appartiennent aux « ordres mendiants ». Fort économes de leurs deniers, elles ne sont pas des clientes faciles mais ce jour-là, la mère supérieure est encline au bavardage. Elle confie au marchand qu’elle est fort ennuyée : leur mulet* vient de mourir et elles ont absolument besoin de le remplacer. Puisque le chaudronnier possède justement - ou peut se procurer - un jeune mulet, elle lui propose de l’acheter.

    « Le mulet marche comme un cheval, tire comme un bœuf, et mange comme un âne » et « il ne tombe malade que pour mourir ». Évidemment, toutes ces qualités ont un prix… À titre de comparaison, le prix d’un cheval dans la force de l’âge est équivalent à celui d’un tracteur qui rendrait le même service.

    Le troc d’un mulet contre…

    Notre homme est donc fort ennuyé : il préfèrerait livrer un animal en âge de travailler, débourré, préparé à porter une charge, à tirer une carriole ou une charrue et à être monté afin d’en tirer un bon prix mais il ne veut pas refuser ouvertement à ces saintes femmes… (à moins qu’en bon marchand, il se fasse prier ?).

    Il tente donc de la dissuader : il lui fait évidemment remarquer qu’un mulet est difficile à élever, que le sien est beaucoup trop jeune, qu’il ne pourra pas être utilisé avant d’avoir achevé sa croissance, que le mettre au travail prématurément compromettrait son développement et la durée des services attendus. Il lui conseille, puisqu’elle est pressée, de rechercher une bête en état de travailler…

     

    Mais la religieuse souhaite au contraire acquérir une bête à moindre coût donc la plus jeune possible. Elle se sent parfaitement capable de s’en occuper. Elle insiste. Le marchand consent à contrecœur de se défaire de l’animal mais c’est bien parce que ce sont des religieuses…

    Commence alors le marchandage. La cliente est dure en affaires. Le marchand voit ses espoirs de bénéfice s’amenuiser et il commence à regretter son accord de principe. Elle s’en tient à un prix ridiculement bas. Tout ce qu’il obtiendra en complément, ce sont des prières pour lui et sa famille. Une convention garantissant notamment que le mulet doit encore grandir de six pouces « apeine que le marché serait resolu »** est signée.

     

    Quelques mois plus tard, il a l’amère surprise de voir que « Les mere abbesse et pauvres clairisses » l’ont attrait en justice « Pardevant Messieurs du Magistrat de Cambray »**** le 14 mars 1777 au motif que le mulet n’a pas atteint la taille espérée !

    Le troc d’un mulet contre…

     Le troc d’un mulet contre…

    Ulcéré, il réplique le 20 mars 1777. Non seulement il regrette d’avoir cédé aux sollicitations des religieuses mais il se met presque à douter que les prières aient été dites : il « n’attendoit d’elles que des prières en reconnoissance : prieres qu’elles avoient promises et sous la foi des quelles il a bien voulu sacrifier le gain qu’il pouvait faire

    quoiqu’il en Soit il ne reprochera pas son aumone, persuadé que L’oubli de ceux qui L’ont reçue n’en diminue pas le mérite ».

    Entrant dans le vif du sujet, il rappelle qu’il n’a agi que sur leurs sollicitations, que la croissance de l’animal n’est pas terminée, seulement tardive et qu’aucun acte n’avait attesté de sa taille au moment de la vente.

    Il demande donc à être mis hors de cause et il réclame les dépens.

    Nous ne connaissons pas la suite de l'affaire...

    ___________________________________________________________________________

     * Le mulet et la mule sont des hybrides statistiquement stériles de la famille des équidés, engendrés par un âne (Equus asinus) et une jument (Equus caballus).

    Le mulet présente les caractéristiques de ses deux parents. D'une taille intermédiaire entre l'âne et la jument, il possède d'un côté la force du cheval et de l'autre la robustesse et la rusticité de l'âne. Il est réputé résistant, le pied sûr, endurant, courageux et intelligent.  

    Le mulet et la mule présentent dans 10 % des cas une anémie hémolytique grave liée aux anticorps de la mère contenus dans le colostrum lors des premiers jours de l'allaitement. La cause a été identifiée depuis le milieu des années 1940 et résolue depuis par le biais d'un titrage des anticorps, d'un retard de l'allaitement, et de la transfusion de globules de la mère.

    On distingue le mulet de bât, utilisé en montagne, le mulet de trait, qui rend les mêmes services que rendrait un cheval dans d'autres régions, et le mulet de selle. (Wikipédia)

    ** sous peine d’annulation de la vente.

    *** L'ancien plan-relief faisait partie d'une série de 17 emportés par les Prussiens en 1815 à Berlin. Il périt avec les autres au musée berlinois du Zeughaus sous les bombardements de 1945. Il a pu être reconstitué en 1994.

    **** Le mayeur et les échevins

     ___________________________________________________________________________

     AD59 Cumulus RDC 44-40

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :